VOICI : La Forêt des Livres ? Un salon ultra bran­ché !

Publié le mardi 2 septembre 2014 à 10:43 par C G

La chan­teuse Indila était l’at­trac­tion de la Forêt des Livres, qui a réuni 200 auteurs

La Forêt des Livres ? Un salon ultra bran­ché !

Le 31 août, au côté des grandes plumes de la rentrée, Gonzague Saint Bris avait invité la chan­teuse Indila, qui a fait un tabac auprès du public…

« Le Wood­stock de la litté­ra­ture » ! C’est ainsi que Gonzague Saint Bris quali­fie la Forêt des Livres, mani­fes­ta­tion qu’il orga­nise depuis dix-neuf ans déjà à Chan­ceaux-près-Loches, un village de Touraine qui attire, pour cette occa­sion, 60 000 visi­teurs. Cette année encore, sous un soleil géné­reux, ce salon en plein air unique en son genre (et en Europe !), qui marque le coup d’en­voi de la rentrée litté­raire, a large­ment tenu ses promesses.

Côté plumes, étaient présents, parmi deux cents auteurs triés sur le volet, Emma­nuel CarrèreJean-Marie RouartDavid Foen­ki­nosYann Quéf­fe­lec, ou encore Jérôme Attal. Côté paillettes, c’est la présence de la chan­teuse Indila qui a fait sensa­tion. Sourire timide et teint de porce­laine, l’in­ter­prète de Dernière danse, n’avait pas de livre à dédi­ca­cer, mais en tant qu’au­teur des textes de son album, Mini World, elle a reçu le prix « Jeune poésie » et signé des centaines d’exem­plaires de son opus.

Durant le déjeu­ner servi pour les écri­vains sous d’im­menses tentes blanches, on a pu voir Rama Yade et son mari tenter de calmer leur fille de 15 mois, ou encore Maza­rine Pingeot, très amou­reuse, fouiller dans les poches de son compa­gnon, à la recherche d’un briquet pour allu­mer sa ciga­rette. Françoise Laborde, présente elle aussi, évoquait avec humour sa parti­ci­pa­tion à Fort Boyard cet été, raillant la crise de panique de Baptiste Giabi­coni au milieu de tigres : « Il a pleu­ni­ché pendant une demi-heure, mais ils ont tout coupé au montage. »

Parmi les célé­bri­tés atti­rant les foules, Anne Rouma­noff, peu loquace avec ses admi­ra­teurs, a frôlé la crampe de poignet en signant son best-seller, Normal 1er, roi des FrançaisAnny Dupe­rey, souriante et clas­sieuse, distil­lait un mot gentil pour chacun. Quant à Char­lotte Valan­drey, elle a mesuré sa côte d’amour auprès du public, dési­reux de la voir reve­nir au plus vite à la télé. Sous les platanes cente­naires de Chan­ceaux-près-Loches, l’am­biance était festive et bon enfant. Quoi de plus natu­rel, en somme, puisque les livres sont issus des arbres, si les écri­vains se sentent à l’aise sous leurs feuilles ?

Crédit photos : Jean-Luc Drion

Publicités